Méry-ès-Bois (18380) "Bien être et bien vivre à Mérié"

logo du site
  • Méry-ès-Bois (18380)
  • Méry-ès-Bois (18380)
  • Méry-ès-Bois (18380)
  • Méry-ès-Bois (18380)
  • Méry-ès-Bois (18380)
  • Méry-ès-Bois (18380)
  • Méry-ès-Bois (18380)
  • Méry-ès-Bois (18380)
  • Méry-ès-Bois (18380)
  • Méry-ès-Bois (18380)
  • Méry-ès-Bois (18380)
  • Méry-ès-Bois (18380)
  • Méry-ès-Bois (18380)
  • Méry-ès-Bois (18380)
  • Méry-ès-Bois (18380)
  • Méry-ès-Bois (18380)
  • Méry-ès-Bois (18380)
  • Méry-ès-Bois (18380)

Accueil du site > Pages Annexes > Le Lac des Armées

Le Lac des Armées


Au début du mois de Mars de l’An 52 avant Jésus-Christ, le Proconsul Jules César, lors de sa 7ème campagne de la Gaule celtique, après avoir mis à sac la ville de Cenabum (Orléans), se dirige en direction d’Avaricum (Bourges) dans le pays des Bituriges.
Ereintée par les longues marches dans le froid des marais et des bois de ce qui sera un jour la Sologne, son armée ne peut traverser en toute sécurité les forêts noyées dans un épais brouillard où au loin des hordes de loups affamés hurlent à la mort.
Le fidèle centurion Demetrius, futur Préfet des Gaules, repéra une vallée fermée par un petit lac à l’eau claire et profonde, dont les flancs du vallon permettront à ses soldats d’être à l’abri des vents et de trouver un sommeil réconfortant.
Le tribun César le rejoignit accompagné de ses gardes d’élite chargés d’encadrer un impressionnant char tiré par un attelage de six bœufs contenant un trésor de bijoux, d’orfèvrerie et d’étoffes. Il confia à Demetrius : “ Nous devons prendre demain Noviodunum Butirigum (Neuvy-sur-Barangeon) qui est pour nous un grand danger, puis nous ruer sur Avaricum avant l’arrivée de Vercingétorix. Il faut donc aller très vite, et ne pas nous encombrer du butin que nous avons pris à Cenabum. C’est pourquoi, nous allons l’enterrer sous l’une de mes tentes. Je te charge d’exécuter mes ordres dans le plus grand secret. Prends deux prisonniers, et lorsque le travail sera fait, tu les feras disparaître avant que les lueurs de l’aube percent la nuit
Demetrius prit alors deux esclaves de la tribu des Senones, « Saparagus et Modelus », leur fit creuser un profond trou où ils enfouirent les pièces les plus précieuses. Pour les remercier, Demetrius leur offrit un festin composé d’une poêlée de superbes champignons amanites rouge-orangé du nom de « fausses oronges », et d’une amphore de son meilleur vin. Ivres et repus, ils allèrent s’étendre pour un sommeil d’éternité…
Neuvy-sur-Barangeon fut pris, Bourges aussi. César, devant les richesses de cette cité, oublia le trésor du « lac des Armées », au nord de Madriacum (Méry-ès-bois).
Demetrius retourna à Rome où il épousa Julia Cornélia, la fille du riche et puissant Caïus Trebonus, à qui il offrit une superbe parure en or enchâssant des turquoises exceptionnelles qu’il avait pris soin de subtiliser dans le trésor endormi de la lointaine Sologne.

Méry-ès-Bois....Le Lac des Armées-2

On raconte qu’il est possible, qu’une fois par an pour la fête des Rameaux, lorsque le célébrant frappera trois fois à la porte de l’église avant d’y entrer, le bord du lac s’ouvrira et le trésor apparaîtra dans toute sa splendeur….mais malheur à celui qui tentera de se l’approprier, car s’il n’est pas assez rapide, la terre se refermera avec fracas, et il sera à tout jamais emporté dans ce gouffre profond !
En attendant, le trésor de César est, paraît-il, toujours là…..
Preuve en est : Il y a quelques années, des « petits malins » ont utilisé une pelle de travaux publics pour creuser le fond du lac….et ils ont percé la couche d’argile imperméable….l’eau s’y est engouffrée d’un coup, et il fallut plusieurs mois pour que ce pauvre lac retrouve son état originel !



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF