Méry-ès-Bois (18380) "Bien être et bien vivre à Mérié"

logo du site
  • Méry-ès-Bois (18380)
  • Méry-ès-Bois (18380)
  • Méry-ès-Bois (18380)
  • Méry-ès-Bois (18380)
  • Méry-ès-Bois (18380)
  • Méry-ès-Bois (18380)
  • Méry-ès-Bois (18380)
  • Méry-ès-Bois (18380)
  • Méry-ès-Bois (18380)
  • Méry-ès-Bois (18380)
  • Méry-ès-Bois (18380)
  • Méry-ès-Bois (18380)
  • Méry-ès-Bois (18380)
  • Méry-ès-Bois (18380)
  • Méry-ès-Bois (18380)
  • Méry-ès-Bois (18380)
  • Méry-ès-Bois (18380)
  • Méry-ès-Bois (18380)

Accueil du site > Pages Annexes > Les reliques de Sainte Solange

Les reliques de Sainte Solange

SAINTE SOLANGE

Née au « Pré Verdier » dans le hameau de Villemont, la petite bergère, ayant fait vœu de virginité pour se consacrer à Jésus, avait refusé les avances du Seigneur Bernard de Gothie, « Comte de Bourges », qui l’a décapitée le 10 Mai 878 (peut-être 890 ?), près de la rivière de Ouatier. Elle fut reconnue Sainte Patronne du Berry et est célébrée par un pèlerinage tous les Lundis de Pentecôte.

JPEG - 59.3 ko
Méry-ès-Bois Sainte Solange


LES RELIQUES

Confiées à l’abbaye de Loroy le 8 Juin 1511 par Denis de Bar, à l’origine dans deux grands reliquaires en cuivre ciselé et damasquiné, les reliques de Sainte-Solange furent transférées dans six reliquaires de bois doré en 1764, puis transportées en 1791 de l’abbaye jusqu’à l’église de Méry-ès-bois.

JPEG - 97.2 ko
Méry-ès-Bois Attestation de transfert par le moine Olivier


Ce transfert fut l’objet de la dernière cérémonie de l’abbaye, par l’Abbé Dubé, entouré de quarante prêtres et de tous les fidèles de la Paroisse. L’Abbé Pierre Dubé, curé de Mérié de 1734 à 1793, dont les ornements sacerdotaux sont exposés dans l’église de La Chapelle d’Angillon, était le frère de Françoise HENRY des Tureaux.
Cachées dans un angle du clocher par le Curé Rossignol pendant La Terreur, les reliques de Sainte Solange traversèrent intactes les temps de suppression du Culte. Tous ces renseignements furent confirmés par le curé Grassoreille, le 18 Janvier 1838.
Le 10 Février 1846, une partie de ces reliques fut donnée à l’église de la commune de Saint-Martin-du-Crôt, qui porte désormais le nom de la Sainte, et qui avait subi la destruction de sa châsse en bois originelle. L’autre partie (morceau de crâne, fragment de mâchoire supérieure et une dent) est dans un reliquaire en cuivre doré de belle facture, en l’église de Méry-ès-bois.

JPEG - 92.6 ko
Méry-ès-Bois Document authentification des reliques septembre 1882




Site réalisé en SPIP pour l'AMRF